Guide du Levant

Nuages

Petits nuages au paradis naturiste

Les bugs du Levant

Un paradis presque parfait

Idyllique, paradisiaque, superbe, l'ile du Levant l'est assurément. C'est une destination de vacances incontournable à bien des égards. Cependant certaines réalités sont sujettes à réflexion ou à interrogation, d'autres méritent simplement d'être soulignées.

Bugs paysagés

  • En parcourant les corniches et chemins de l'ile, on découvre ici ou là des habitations inoccupées délabrées ou en ruines. Les propriétaires n'ont peut-être ni les moyens ni l'envie de rénover celles-ci. Dommage de voir ces maisonnettes à l'abandon !

  • Les clôtures grillagées des habitations, en bordure des chemins et des corniches, ne sont pas du meilleur effet. Elles dénaturent le cadre et ne sont pas adaptées au caractère sauvage de l'ile. On en voit partout, de toutes les tailles. Beaucoup de grillages sont vieux, abimés, ou presque à terre. Parfois le canisse remplace le grillage. Pire encore, ici ou là, du canisse derrière le grillage ! Quelques jardins sont délimités par de jolies petites clôtures en bois qui se fondent dans l'environnement : voilà l'exemple à suivre.

  • Pour délimiter la zone militaire du domaine naturiste, une clôture court de la plage des Grottes jusque dans la réserve naturelle. Elle dénature le paysage, surtout du port à la plage où la partie publique du domaine se résume à une petite bande de terre (ou de rochers) de quelques dizaines de mètres. Pour prévenir les incendies ou pour des raisons de sécurité, une saignée de plusieurs mètres de large a été ouverte sur les collines, en bordure de la clôture. Ce "no man's land" est visible dès qu'on accoste au port. Les amateurs de photos sont ravis !

J'aime pas

  • Depuis de nombreuses années le moustique Tigre s'est installé sur l'ile comme sur le continent. Ces moustiques qui piquent sont surtout présents autour des habitations et dans les jardins. Les moustiquaires installées dans les locations ne solutionnent pas entièrement le problème. A noter que ces petites bêtes étaient totalement absentes jusqu'en 2013 (a peu près) dans la réserve naturelle, sur les sentiers du bord de mer et sur la plupart des corniches. En 2014 ça pique de partout et cela devient pénible...

  • Grâce au comportement écologique et citoyen des habitants et des visiteurs, l'ile est préservée des pollutions que nous connaissons tous. Certains naturistes, textiles et/ou des habitants de l'ile ne paraissent pas concernés par la protection de l'environnement : on trouve parfois des mégots de cigarettes sur les sentiers du bord de mer et dans la réserve naturelle. Parole de fumeur, c'est intolérable !

  • Le prix de la navette (mini-bus) est trop élevé. En 2014 le prix de la course avec un grand bagage était de 10€ pour aller du port au lieu de location !
ile-du-levant-1632.jpg

En poursuivant votre navigation sur ce site vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous offrir le meilleur service.